robin-woodard
Accueil > Dossiers, alternatives, politiques et réflexions > Sociologiques > Sciences humaines & sociales > Anthropologie > Anthropologie

Anthropologie

Articles de cette rubrique


Robert Muchembled : la sorcière au village XVe-XVIIIe siècle (Anthropologie)

par Karine Mrugala
vendredi 20 mars 2009 par Pierre

Robert Muchembled est né le 4 mars 1944 à Liévin . En 1967, il est agrégé d’histoire puis en 1985, il est docteur d’état pour une thèse intitulée " Violence et Société . Comportements populaires et mentalités en Artois de 1400 à 1660. " Successivement professeur à l’Ecole Normale de Lille, assistant puis maître de conférences à l’université de Lille III de 1969 à 1986, il devient ensuite professeur d’histoire moderne à l’université de PARIS-NORD. Ses recherches sont orientées vers l’histoire de la culture et des mentalités, de l’anthropologie du pouvoir, de la criminalité, de la vie matérielle entre 1400 et 1789 notamment dans la région parisienne, l’Artois, la Picardie et les provinces francophones et néérlandophones des anciens PAYS-BAS.



Nous ne sommes rien, soyons tout ! (États-Unis)

dimanche 28 septembre 2008 par Pierre

"Dans l’Amérique troublée des années vingt s’est développé un puissant mouvement syndical. Eddie Lombardo, jeune Italo-américain d’abord tenté par le proxénétisme, entame une carrière de mouchard au service du patronat. Violent, totalement dépourvu de morale, Eddie - qui se fait appeler Florio pour rompre avec sa famille « communiste » - gravit rapidement les échelons de l’International Longshoremen’s Association, organisation du port de New York bien connue pour ménager les intérêts des armateurs plutôt que ceux des dockers. Maître ès chantage et extorsion, aussi doué pour déclencher une grève que pour y mettre fin, il n’hésite jamais à rendre « service » à ses puissants protecteurs mafieux ni à utiliser les femmes pour satisfaire ses pulsions perverses, quitte à s’en débarrasser ensuite le plus cyniquement du monde.



Le cheval chez les Iakoutes chasseurs et éleveurs : de la monture à l’emblème culturel (Russie)

mardi 23 septembre 2008 par Pierre

Au nord-est de la Sibérie, les Iakoutes, venus de la région du Baïkal il y a moins de sept siècles, élèvent chevaux et bovins sur les alaas, dans les vallées et la taïga sur le cours inférieur du fleuve Léna.
La bibliographie en russe concernant ce peuple est riche et comprend des récits de voyageurs, des comptes rendus d’administrateurs et des analyses et descriptions d’ethnographes d’avant 1917, de la période communiste et des années post-soviétiques. L’analyse théorique est alimentée par les sources occidentales, parmi lesquelles les travaux d’Evelyne Lot-Falck, de Laurence Delaby et de Roberte Hamayon sur les peuples de Sibérie ainsi que ceux de Jean-Pierre Digard sur le cheval et la domestication.



Les bandits (Anthropologie)

samedi 13 septembre 2008 par Pierre

Robin des bois, bandit au grand cœur, qui vole aux riches pour donner aux pauvres, peut-il être considéré comme un simple « criminel » ? Hors-la-loi sans nul doute aux yeux du souverain, il apparaît en revanche, à l’intérieur de la société paysanne, comme un vengeur, un justicier et un héros. C’est la figure par excellence du « bandit social », personnage qui hante la zone floue entre la criminalité organisée et la révolte sociale.



Histoire de la Mafia (Italie)

vendredi 25 juillet 2008 par Pierre

Le temps n’est pas encore venu de parler de la mafia au passé, mais les coups portés par les juges italiens et les témoignages des « repentis » sur le fonctionnement de Cosa Nostra, brisant la sacro-sainte omertà, ont depuis quelques années entamé son mystère. Résurgence d’un vieux féodalisme sous l’écorce un peu tendre d’un Etat en mal d’unité, la mafia sut prospérer à l’ombre d’un centralisme complaisant qui s’accommoda des particularismes siciliens. Affranchie des règles en vigueur sur le continent, elle s’inventa les siennes, qu’adoptèrent sur leurs terres Calabrais et Napolitains, tout aussi rétifs à la modernité que représentait le pouvoir de Rome et de l’Italie industrielle du Nord. L’histoire de la mafia est celle d’une résistance avant d’être celle d’une organisation souterraine empruntant aux lois du crime les instruments de sa puissance.



La férocité blanche (Anthropologie)

vendredi 25 juillet 2008 par Pierre

La traite des Noirs, la conquête de l’Amérique, l’occupation de l’Afrique ont profondément modifié les rapports des Européens aux autres. Le pas entre différence et supériorité a vite été franchi. La hiérarchisation raciale illustre la débâcle morale de l’Europe. Le nazisme, en transposant des non-Blancs aux non-Aryens cette dévaluation des êtres dits « inférieurs », a commis le crime impardonnable de porter au coeur du monde européen une férocité jusqu’alors réservée à d’autres continents. Rosa Amelia Plumelle-Uribe instruit à charge et prouve, poignants témoignages en main, que dans les rapports d’asservissement imposés par l’Europe à d’autres peuples, même si le but principal n’était pas leur extermination totale, leur destruction ou leur anéantissement n’en devenait pas moins inévitable dès lors qu’ils étaient déclarés officiellement inférieurs.



L’Orient en Occident (Anthropologie)

vendredi 25 juillet 2008 par Pierre

Dans ce livre, Jack Goody bouleverse les idées reçues. Il lance un défi à cette vision des choses qui soutient le postulat d’une ‘rationalité occidentale’ propre à faire croire que ‘nous’ serions les seuls à pouvoir accéder aux transformations de l’ère contemporaine.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 599385

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Sociologiques  Suivre la vie du site Sciences humaines & sociales  Suivre la vie du site Anthropologie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License