robin-woodard

Ça y est les WATER sont CLOSED

NOUS SOMMES PASSÉS AUX TOILETTES SÈCHES.
mardi 30 mars 2010 par Kalach

Notre démarche est venue de deux principaux constats. Tout d’abord l’utilisation de l’eau potable pour l’évacuation des matières fécales est une aberration quand la majorité de la population mondiale souffre du manque d’eau. De plus sur notre commune, l’eau est distribuée par une compagnie privée, qui ayant le monopole, pratique des tarifs assez élevés. Deuxième raison : le retraitement des eaux usées est rendu très difficile donc couteux à cause des eaux vannes (les toilettes),

N’étant que locataire nous ne pouvions ni installer un système permettant l’utilisation de l’eau de pluie pour la chasse d’eau, ni de plateau végétal pour le traitement de nos eaux usées, les toilettes sèches restait donc notre seule alternative.

cela s’est fait en plusieurs étapes . D’abord nous avons fermé la chasse d’eau. Pour évacuer le popo matinal et autres, nous utilisions l’eau usée, récupérée après le bain ou l’eau de rinçage de la vaisselle.
A la suite de ça nous avons commencé à nous renseigner sur l’utilisation des toilettes sèches en intérieur, nous avions déjà utilisé ce principe en extérieur chez des amis vivant en yourte sur le causse noir. Pour nous se posait la question de l’odeur éventuelle en milieu fermé. Nous avons écumé les sites internet, on en a parlé entre nous. puis autour de nous, théories, débats et plaisanteries n’hésitant pas à polémiquer sur le sujet même à table...

Autre problème : l’évacuation de la matière.
Le compostage bien sûr. Mais que faire de tout se compost ? Pouvait on l’utiliser au jardin ?
Les copains du causse qui nous motivaient sur le sujet nous ont offert un petit livre [1]
traitant de la chose, dans lequel nous avons trouvé la réponse : nous utiliserons le compost au potager.
La décision était prise, Gaëlle est allée acheter une poubelle en tôle peinte (rose) et j’ai arraché le trône (la révolution est lancée !) j’ai bouché le trou d’évacuation avec du plastique, ensuite il suffisait de construire un petit coffre autour de la poubelle, Chose faite avec deux planches en aggloméré de récupération, puis le perçage d’un trou à la taille de la lunette joliment décorée par Gaëlle. Nous sommes allé en famille à la scierie du coin chercher de la sciure fraiche qui sent bon la résine de pin !
Et voilà ! les toilettes sont fonctionnelles.

Je vide le seau tout les deux ou trois jours environ, et je le lave à l’eau de pluie. La charge de travail n’est donc pas du tout importante. Il n’y a pas la moindre odeur que se soit dans la maison ou au compost
Hanouck, notre petit bout de 3 ans, trouve ça zénial et en maitrise parfaitement l’usage.

Kalach

liens internet traitant du sujet :

http://www.eautarcie.com/

http://www.eco-bio.info/ouaterre.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Toilettes_s%C3%A8ches

[1LA PRATIQUE DU COMPOST ET DES TOILETTES SÈCHES par Éric Sabot, édition « la maison autonome »


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 311 / 595504

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Écologiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License