robin-woodard

Des campagnes européennes non disputées et sous contraintes

par Céline Belot & Christine Pina
dimanche 1er novembre 2009 par Pierre

D’une élection européenne à l’autre, le même scénario se répète : un nouveau record des taux d’abstention est annoncé donnant lieu à différentes explications et un certain nombre de propositions sont formulées pour y remédier. Dans cette trame générale, l’absence de campagne, que ce soit au niveau européen ou au niveau national, est maintes fois incriminée. Plus précisément, les observateurs constatent à la fois la carence d’un espace public européen permettant à une « campagne européenne » (en Europe et sur l’Europe) de se déployer et la faiblesse des thématiques européennes dans les pays concernés. La saillance de la campagne découle alors de la visibilité et de la conflictualité d’enjeux singuliers à chacun des pays. Les élections européennes seraient subséquemment perçues par les élites politiques comme des élections de second ordre ne nécessitant donc pas un engagement fort.

Les élections de 2009 ne semblent pas déroger à la règle. En effet, alors que les campagnes sont restées pour le moins atones et peu à même de mettre en scène l’Europe, des mécanismes – relevant pour la plupart d’une absence d’espace public européen – expliquent tout à la fois le détournement de ces élections vers d’autres fins et la relative apathie des acteurs concernés.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 284 / 603131

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Politiques, philosophiques et syndicales   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License