robin-woodard

La frontière américano-mexicaine sous cyber surveillance -

Lu sur le blog de Philippe Quéau
mardi 14 avril 2009 par anik

Les autorités de Etats-Unis ont installé 2000 webcams le long des 2000 km de la frontière entre le Texas et le Mexique, pour lutter contre le trafic de drogue et l’immigration clandestine. Les webcams surveillent le désert en permanence, mais il faut beaucoup de monde pour surveiller les webcams.

Alors on embauche tous les volontaires. Après inscription (gratuite) sur le site http://www.blueservo.net/ n’importe qui peut se transformer en shériff adjoint de la Coalition des Shériffs de la Frontière du Texas. Des buveurs de bière australiens, des européens retraités, des asiates oisifs, des planqués de la console, se sont rapidement enrôlés. Ils dénoncent les mouvements suspects par emails envoyés au centre BlueServo. Les défenseurs du concept vantent ses mérites et demandent son extension. Des vidéos postés sur le site donnent des exemples d’arrestation ou de "déni d’accès à la frontière du Texas". Les opposants sont moins nombreux. Un sénateur démocrate du Texas estime que le projet est inefficace. Seules deux arrestations auraient été possibles, selon lui. Ce projet ne serait seulement qu’une opération politique destinée à courtiser les extrémistes, nombreux, il est vrai, dans la région.

Le concept de surveillance panoptique à l’échelle planétaire a pourtant de l’avenir, je pense. Après tant de virtualité, il faut prévoir un retour en force de la fascination pour la "réalité". La téléréalité en témoignait déjà. Mais elle était, on peut bien le dire, assez soporifique. La guerre aux vrais méchants, la transformation du Texas tout entier en remake de la chasse du comte Zaroff, sont autrement plus excitantes. Des possibilités infinies s’ouvrent.

Un tenancier de bordel entreprenant d’Europe du Nord, ayant compris l’essence de ces techniques, vient d’ouvrir un établissement. L’accès et la consommation (le drink et la fille) coûtent seulement 10 Euros. Mais les nombreuses webcams dont est truffé l’établissement, et qui filment l’intégralité des ébats, font tout le chiffre d’affaires. Avec la généralisation des microdrones (12 grammes) et même des nanodrones (quelques décigrammes), on va pouvoir doter la planète de millions ou de milliards d’yeux planqués ou voltigeant. Les jardins et les parcs, les couloirs et les parkings, les écoles et les hôtels, les gares et les routes, les parlements et les musées, les commissariats et les prisons, les champs de bataille et la stratosphère se retrouveront bientôt en permanence sur le web, en accès libre ou payant, suivant la qualité de l’image et de la connection. Une webréalité mondiale nous accompagnera ainsi tout au long de la vie. Ces milliards de nano-yeux seront en permanence greffés aux cerveaux des matons mondiaux et des mateurs amateurs. Les retraités du réel passeront leur temps à guetter le moindre signe de vie subversive dans une planète enfin ordonnée par la webpolice mondiale. Le monde sera plein d’yeux surveillant d’autres yeux, comme dans un colossal bouillon.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3273 / 612528

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Amériques  Suivre la vie du site Amérique du Nord  Suivre la vie du site U.S.A.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License