robin-woodard

Les drapeaux de paix affollent les CRS

De : Roland Marounek
mercredi 1er avril 2009 par anik

Otan : l’identité des porteurs de drapeaux de la paix contrôlée à Strasbourg

Porter un drapeau de la paix ou en arborer un sur son vélo expose à des contrôles d’identité systématiques à l’approche du sommet de l’Otan des 3 et 4 avril à Strasbourg, déploraient lundi plusieurs Strasbourgeois interrogés par l’AFP. Pendant l’entretien avec deux d’entre eux, dans une rue d’un quartier résidentiel de Strasbourg, le journaliste et la photographe de l’AFP ainsi que deux confrères des Dernières Nouvelles d’Alsace ont également fait l’objet d’un contrôle d’identité de la part d’une équipe de CRS.

« La première fois, je ramenais mon gamin de l’école à vélo la semaine dernière quand j’ai été stoppé sur une piste cyclable par un véhicule de police toutes sirènes hurlantes », a expliqué Yannick Patois, 36 ans, qui a décoré la remorque de son vélo d’un drapeau arc-en-ciel avec la mention « Pace » (paix en italien). Ils ont affirmé que c’était illégal », a-t-il précisé, soulignant qu’ils l’avaient néanmoins laissé repartir. « En tout, j’ai été contrôlé trois fois en 24 heures », a-t-il ajouté.

Vanessa Viera, initiatrice de la campagne « La paix sur tous les balcons » visant à fleurir les façades de Strasbourg de drapeaux, a elle aussi fait l’objet de trois contrôles d’identité, le dernier en date lundi en présence de l’AFP, tandis qu’elle en arborait un, telle une cape.

Le comité anti-Otan a déjà distribué près de 600 drapeaux en une semaine dans la capitale alsacienne, et s’apprête à en distribuer encore 600 en échange de dons de soutien, a-t-elle souligné. « Quand j’ai essayé avec un ami d’en distribuer au marché, nous avons été entourés d’une quinzaine de policiers », a-t-elle raconté.

La semaine dernière, plusieurs Strasbourgeois s’étaient plaints de la visite de policiers à leur domicile leur demandant de retirer les bannières de la paix de leurs fenêtres, mais la préfecture a affirmé qu’elle n’avait « absolument pas donné de consignes aux policiers » en ce sens.

Le maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, a estimé que l’ordre intimé à des Strasbourgeois de retirer de leurs fenêtres le drapeau arc-en-ciel n’était « pas acceptable ».


http://www.millebab ords.org/ spip.php ? article10808

L’ultime réunion du Collectif international de coordination du contre Sommet de l’Otan s’est achevée mardi 24 mars sur une note optimiste.
Le Village autogéré (1 au 5 avril), la Conférence internationale (3 et 5avril) et la manifestation précédée d’un grand meeting se préparent activement.
Des cars sont annoncés d’aussi loin que la Finlande, la Pologne, la Russie, mais aussi de Grèce, de Turquie ou d’Espagne, de Grande Bretagne, de Belgique ou d’Italie, des trains sont annoncés d’Allemagne, de France et de Grande Bretagne ainsi que des délégations du Canada et des Etats-Unis, d’Afghanistan et du Japon.

Partout se développe la mobilisation pour dénoncer la vieille alliance atlantique et sa guerre de civilisation. « C’est la première fois depuis les manifestations contre l’Irak du 15 février 2003 que nous assistons à une telle mobilisation des forces de paix » constate Arielle Denis, une des animatrices du Collectif international et co-présidente du Mouvement de la Paix.

Seule ombre au tableau, l’attitude inadmissible des autorités françaises et allemandes qui mettent Strasbourg et Kehl en état de siège. Le délire sécuritaire n’a plus de borne dénonce le Mouvement de la Paix « les habitants des "Zones rouges" sont fichés et badgés. La cathédrale, les musées, le lycée et 114 établissements scolaires seront fermés.

L’Université, évacuée de force par la police, ne réouvrira que le 6 avril. _ Dans le centre ville, les transports publics seront stoppés. Partout on renonce à travailler ces jours- là et les journaux "conseillent " de quitter la ville. On bouclera le centre ville avec 30 km de barrières et 60 hélicoptères surveilleront Strasbourg ainsi qu’un ballon dirigeable ! »

Strasbourg en Village Potemkine : l’Otan démasqué

Les drapeaux PACE qui décoraient les façades ont été l’objet d’irruption des forces de l’ordre chez les habitants pour les prier de les enlever. Pour Christian Grosse du collectif anti-Otan de Strasbourg qui a rendu public l’affaire des drapeaux « les gens ont l’impression que toute la ville est prise en otage et qu’il faut se plier à des exigences délirantes ».
Pour Arielle Denis « le Président Nicolas Sarkozy est en train de réinventer Strasbourg en village Potemkine : un vrai village musée, sans travailleurs et sans activité et bien sûr pas un souffle de contestation ne doit gâcher la fête, cachez ses drapeaux et ses manifestants ! »

Le trajet de la manifestation reste en discussion « Nous négocierons jusqu’au dernier moment un parcours plus acceptable. C’est notre nombre qui sera déterminant ! » a-t-elle rappelé, ajoutant « je suis indignée également par le coût de ce délire sécuritaire, les autorités allemandes ont lâché un chiffre 110 millions d’euros rien que pour la sécurité du Sommet, soit l’équivalent de la somme nécessaire à éradiquer la malaria, quel gâchis. De quoi ont-ils peur ? ».

Le Collectif international a demandé à être reçu par le Président Obama, dont c’est la première visite en France et en Allemagne.

Samedi 4 avril, les manifestants ont rendez-vous à 13h au Pont de l’Europe, -que les autorités viennent d’accorder au terme de deux mois de luttes-.
Un podium, installé dans le Jardin des Deux Rives, accueillera un grand meeting avec musique et discours qui commencera dès l’arrivée des cortèges venant d’Allemagne. Ensuite partira la manifestation internationale pour laquelle de nombreuses personnalités ont annoncé leur participation. « Un message de paix que nous enverrons au peuple du monde, loin des images bunkérisées de ce triste sommet marquant le 60ème anniversaire d’une alliance militaire surannée ».


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 470 / 596073

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Organisations mondiales, multinationales   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License