robin-woodard

Le calme serein des tilleuls dans le tumulte destructeur du samouraï Klaus

+ vidéo
lundi 2 février 2009 par anik

Dans la nuit du 24 janvier, la tempête klaus s’est abattue sur la région, sur le département des landes et aussi sur la maison que j’occupe ainsi que le terrain avec une grande violence fracassante. Témoignage.

Le vendredi soir, l’ami JP inquiet pour avoir lu les prévisions prédisant une tempête équivalente à celle de 1999, m’a téléphoné et a fortement insisté pour que je ferme tous les volets de la maison et me prépare au pire. Grand bien lui en prit car ces protections furent vraiment indispensables. Grand merci à lui de prendre soin ainsi de ma protection !

Devant un tel empressement, je dois bien avouer que mon taux d’angoisse avait déjà été conditionné et bien que je sois plutôt anti-médicaments allopathiques, j’ai décidé de prendre un demi comprimé, convaincue qu’au réveil la tempête serait passée et que j’aurais ainsi pu passer une nuit confortable et bien au chaud sous la couette.
Hélas, Klaus ne l’entendait pas de cette oreille et a exigé ma participation à ses expressions extrêment violentes et bruyantes en me réveillant vers 5 Heures du matin.

Le premier réflexe fut de vouloir allumer la lampe de mon chevet mais clairement il n’y avait plus d’électricité. Tout était noir ; bruyant et froid, et seules ses voix se faisaient entendre dans un vacarme fracassant dans lequel petit à petit je commençais à distinguer des différentes de sonorités.
D’abord, ce fut le bruit du vent qui s’engouffrait dans le conduit de la cheminée et faisait vibrer sourdement la plaque qui la ferme, j’en déduisit donc qu’elle était endommagée d’une façon ou d’une autre. Puis le bruit du vent dans des tuiles soulevées. Qu’en était il vraiment ? l’étage du haut était-il ouvert ? Je me rassurais en me disant que de toutes façons c’est l’étage qui prendrait. Ma chambre se situe en bas au sud-est et même si l’étage craquait, c’est la salle de bain (située plein ouest) et la chambre d’amis (située sud-ouest) qui prendraient et amortiraient les chocs. Le combat du vent contre les volets de la chambre d’amis parvenait d’ailleurs jusqu’au fond de mes oreillers où j’essayais de m’enfouir la tête.
Malgré tous mes efforts d’autres bruits me parvenaient, des bruits de sifflements, d’écrasement, d’éclatements ; il était clair que cela valsait vraiment dehors.
La salle de bain, la pièce la plus exposée n’a aucun volet et j’avais conscieusement vérifié que la fenêtre était correctement fermée, j’avais également fermé la porte afin de limiter les dégâts pour l’intérieur de la maison s’il y en aurait.

Après une heure et demi de tentatives de me rendormir et de me rassurer, il n’y avait vraiment rien que je puisse faire d’autre que de rester au chaud dans mon lit et attendre que le ciel ne me tombe pas sur la tête mais à côté !
Impuissante, inquiète je me suis donc levée pour prendre un comprimé entier ce qui m’assomma effectivement étant donné que j’en prends très rarement. Je me rendormis donc dans un vacarme absolu jusqu’à 9 heures du matin.
Les animaux ne se plaignaient pas, mais la chienne étant enfermée depuis le soir, je lui ait ouvert la porte afin qu’elle puisse se soulager, il faisait sombre et très vite je me suis aperçue que le vent était encore violent bien que moindre par rapport au petit matin. Je la rappelais donc rapidement et heureusement elle est capable d’être très obéissante, j’enfilais vite fait quelques vêtements chauds et pris la laisse pour l’emmener. L’entrée de la maison est à l’est, de plus c’est une maison traditionnelle landaise avec une avancée et je restais donc dans la lignée de la porte, la chienne fut heureusement rapidement coopérative.
très vite, d’un coup d’oeil rapide j’ai pu voir que des arbres étaient tombées, arrachés.

Il faisait vraiment froid dans la maison, j’enfilais un bonnet de laine, j’ouvrais le volet de la porte fenêtre de la cuisine et là j’ai découvert que la toiture ainsi que l’isolation de la dépendance où je range le pétrole était complètement envolé, même pas en vue, un des plus gros chêne n’était pas déraciné mais carremment déchiqueté !
Je fonçais tête baissée pour aller chercher un bidon entier ainsi que la pompe et nous enfermer jusqu’à ce que le vent se calme enfin.

Le peu que j’ai pu voir des tuiles par terre, de la toiture totalement arrachée, des arbres arrachés ou déchiquetés avait tout d’un tableau d’apocalypse. A l’intérieur, il faisait noir, froid, humide et le téléphone ne fonctionnait pas non plus. La plaque de protection de la cheminée était encore secouée et la chienne intéressée fit un petit tour pour voir de plus près et ressortie avec des pattes noires dont elle laissa un parcours sur tout le carrelage du séjour sans même s’en apercevoir.

Il faisait vraiment aussi mauvais dedans que dehors, juste d’une autre façon et c’était vraiment désespérant !

L’après-midi un éclair de soleil me fit émerger du froid et de l’obscurité et je pus constater que les tuiles et la toiture effectivement avaient été soulevés autour de la cheminée ainsi que sur la partie ouest du toit. Beaucoup d’arbres étaient déchiquetés comme si des samouraïs avaient combattu dans le vent et les avait coupés avec d’immenses sabres à plusieurs mètres du sol. Seulement un chêne avait été complètement arraché du sol, racines à l’air, tous les autres étaient déchiquetés : un véritable ravage !!!

et au milieu de tout cela, les deux seuls arbres qui étaient vraiment bien sur leurs racines, calmement, sereinement, rassurants, sans même avoir quelque branche d’arrachée et qui ne semblaient absolument pas être secoués le moins du moinde : étaient les deux seuls tilleuls du terrain.


TEMPETE 2009 dans Les LANDES
envoyé par oliver040

ps : photo de la forêt détruite venant du site France Bleu Gascogne. Merci à eux !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 381 / 614620

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Local(s)  Suivre la vie du site Local Annick   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License