robin-woodard

L’éphémère retour des villes

Par Renaud Epstein
lundi 15 décembre 2008 par Pierre

A mesure de l’affaiblissement de la tutelle étatique, les villes ont affirmé leur puissance, leur autonomie, voire leur capacité à reconstituer un ordre social et politique qui se délitait à l’échelle nationale La pérennité de cette dynamique articulant crise de l’Etat et autonomisation des villes apparaît en réalité très incertaine. Si la crise du premier a effectivement permis aux secondes de gagner des marges de manœuvres et des capacités d’action au fil des années 1980 et 1990, on peut faire l’hypothèse qu’il s’agissait là d’une dynamique temporaire, correspondant moins à l’ouverture d’un cycle long qu’à une période de transition, de décomposition de l’Etat préalable à sa recomposition.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 209 / 605581

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Sociologiques  Suivre la vie du site Sciences humaines & sociales  Suivre la vie du site Société(s)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License