robin-woodard

Les pertes en bourse déductibles des revenus imposables !

De : Brutus
dimanche 7 décembre 2008 par anik

La droite décomplexée a le plaisir de vous faire savoir que si vous avez enregistré des pertes boursières entre le 01/01 et le 30/11/08 vous pourrez les faire figurer en déduction de vos revenus lors de votre prochaine déclaration. Ceci dans la limite de 10 700 € (tout de même).

Jusqu’à présent les moins-values étaient uniquement imputables en déduction d’éventuelles plus-values réalisées lors des 5 exercices suivants.

Comme dirait Alain Souchon, Sarkozy ose des choses que personne n’avait osé avant lui.

Source : Bellaciao

Voir aussi sur le site http://www.e24.fr/economie/ :

Les pertes enregistrées en Bourse en 2008 par les particuliers pourront être déduites, dans une certaine limite, de leurs revenus imposables de 2009, selon un amendement au projet de budget 2009 défendu par le sénateur Philippe Marini (UMP), a annoncé samedi 6 décembre ce dernier. Confirmant une information publiée samedi dans La Tribune, le rapporteur général de la commission des Finances de la Haute assemblée a déclaré que cet amendement, élaboré "en concertation" avec Bercy, serait soumis au vote lundi, dans le cadre de la discussion sur les articles dits "non-rattachés" du projet de budget.

Jusqu’à 10.700 euros

Concrètement, les particuliers pourront déduire de leurs revenus de l’année 2009 les moins-values (pertes) de cession de valeurs mobilières cotées en Bourse, dans la limite de 10.700 euros. Le CAC 40, l’indice de la Bourse de Paris, a en effet perdu près de 47% de sa valeur depuis le début de l’année. Sont concernées les opérations de cession de moins de 25.000 euros au total, intervenues entre le 1er janvier et le 1er décembre 2008 (et non le 31 décembre, pour éviter tout effet d’aubaine). Cette mesure se répercutera sur l’impôt sur le revenu en 2010.

Au-delà de 10.700 euros, a précisé Philippe Marini, le solde des pertes sera reporté sur les gains en bourse des 10 années suivantes, conformément au dispositif en vigueur depuis 2003. Interrogé sur le coût de cette mesure et le nombre de bénéficiaires potentiels, il a indiqué qu’il était encore trop tôt pour faire une estimation. "Ce ne sera pas une très grosse mesure. Elle devrait concerner les portefeuilles boursiers modestes de particuliers d’un certain âge qui ont été dans l’obligation de vendre leurs actions dans ce marché aussi baissier", a-t-il affirmé.

"Mesure intéressante"

Pour Didier Cornardeau, président de l’Association des petits porteurs actifs, la plupart des investisseurs n’ont toutefois pas vendu leurs titres en 2008, mais "gelé leur portefeuille" en attendant une reprise de la Bourse : ils ne devraient donc pas bénéficier de la mesure. Mais "pour ceux qui détenaient des actions de banques ou de promoteurs et qui les ont vendues, c’est une mesure intéressante", ajoute-t-il. D’après ses estimations, un million de petits actionnaires se sont retirés de la Bourse en 2007. Ceux qui sont restés ont gelé leur portefeuille.

Régression inédite

Le Bureau d’information et de prévision économique (Bipe) évalue à 550 milliards d’euros la perte de valeur du patrimoine global (immobilier et financier) des Français du fait de la crise conjointe des marchés immobiliers et boursiers en 2008 et 2009. Ce patrimoine était proche de 10.000 milliards d’euros début 2


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 370 / 603286

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Europe  Suivre la vie du site France   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License