robin-woodard

Pages de sociologie préhistorique

jeudi 17 juillet 2008 par Pierre

"Les espèces les plus heureuses dans leur destinée ne sont pas les mieux outillées pour le vol et le meurtre, mais au contraire celles qui, avec des armes peu perfectionnées, s’entraident avec le plus d’empressement : ce sont non les plus féroces, mais les plus aimantes."

Dans ce texte très daté dans le vocabulaire mais peu dans les idées, Reclus illustre ses remarquables capacités de synthèse entre des domaines parfois toujours séparés et encore mal compris comme les relations homme/nature et homme/animal, l’importance de l’animal dans la
culture à travers la mythologie ou l’agriculture, les bases animales du comportement humain, les communautés primitives et leur lien avec les communes libertaires, le problème de l’euthanasie et des soins aux parents âgés… Surtout en montrant la relation étroite entre l’homme et son milieu, il se fait le précurseur de ce qui est aujourd’hui appelé l’écologie humaine et qui a fondé la géographie sociale. Il insiste en particulier sur l’entraide dans le monde vivant, force découverte par Kropotkine un quart de siècle après les ouvrages fondateurs de Darwin et huit ans avant ce texte, et qui est considérée aujourd’hui comme tout aussi agissante dans l’évolution des sociétés animales et humaines que la compétition : l’idéologie sociale ici au lieu d’aller contre les faits scientifiques les a précédés !

Le pdf à télécharger :

Pages de sociologie préhistorique


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 309 / 608613

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Politiques, philosophiques et syndicales  Suivre la vie du site Anarchisme  Suivre la vie du site Élisée Reclus   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License