robin-woodard

Contre le gouvernement terroriste

mardi 18 novembre 2008 par Régis Duffour

Je ne suis pas un terroriste parce qu’une des définitions de ce mot est la suivante :
système qui règne par la terreur.

S’il y a un système qui règne par la terreur c’est qu’il doit en avoir les moyens,
les moyens d’être un système. Je n’ai pas les moyens d’un système outre que je n’ai
pas la volonté d’être un système et encore moins un système de terreur. Par contre,
sans peine, j’en vois un, le plus puissant de tous, qui règne ainsi par la terreur
et c’est l’Etat.

Ce gouvernement en particulier règne par la terreur par les expulsions, par le
démantèlement de la sécurité sociale, par la criminalisation de l’opposition, par
la censure et les atteintes à l’expression, par les ravages de politiques qui
induisent une augmentation des maladies mortelles, des suicides, des dépressions,
des morts suspectes en prison, par la surveillance, par la criminalisation de la
petite enfance, par la sur-médiatisation d’un terrorisme qu’il fabrique et dont le
rôle est de propager la terreur et de diviser des concitoyens qui tous souffrent des
mêmes maux : les ravages du capitalisme, et il inflige ainsi à ses citoyens une peine
double : les conséquences de sa politique de terreur et les graines de la discorde
avec le voisinage. Ce gouvernement règne par la terreur en disciplinant chacun de
ses concitoyens à la haine et en instillant ainsi le règne de la guerre de chacun
contre tous.

Quand tous les voyants sont au rouge et puisque le capitalisme est en faillite
permanente il est aisé de détourner l’attention sur des "terroristes" (le mot
prêterait à rire) pour s’éviter d’être jugé sur ses résultats ; catastrophiques
(augmentation des suicides, problèmes climatiques, accroissement de la pauvreté
etc...). Les terroristes sont les alliés objectifs de l’Etat et en l’absence de
terroristes il lui faut bien en fabriquer.

En quelques années on est passé d’une guerre psychologique menée par le pouvoir et
dont Norman Mailer rendait compte en 1954, à la torture psychologique. De quoi
amener de l’eau au moulin de Jacques Ellul qui disait au sortir de la guerre
qu’Hitler l’avait gagné.

Or ce gouvernement propage la terreur du manque et ses conséquences ravageuses en
imposant un capitalisme sauvage. Ce gouvernement est terroriste parce qu’il impose
un système où règne la terreur.
Si l’on doit juger des terroristes qu’on juge alors le despote.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 322 / 595105

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Politiques, philosophiques et syndicales   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License