robin-woodard

Histoire de la Mafia

vendredi 25 juillet 2008 par Pierre

4e de couverture :

La mafia. Ce nom, à lui seul, est un symbole. Celui d’une organisation criminelle tentaculaire et toute puissante, s’étendant au monde entier, liée aux pouvoirs politiques et aux puissances d’argent au point d’être parfois conçue comme la vérité cachée de l’économie ou de la politique. Derrière la force - et l’imprécision - de ces images, il y a une histoire et des enjeux que Salvatore Lupo s’emploie à reconstruire en s’appuyant sur une lecture sans faille des sources judiciaires et policières et sur une connaissance profonde des réalités siciliennes. Il met en évidence la continuité historique du phénomène mafieux, depuis ses débuts, dans les "jardins d’oranges" de la province de Palerme, durant les années de l’Unité italienne, jusqu’à nos jours. Chemin faisant, les légendes s’effritent et les clichés s’estompent : l’histoire agitée de la mafia, faite de crimes et d’exactions, de trahisons et de guerres internes, ne se réduit pas à l’accumulation d’aventures folkloriques ; son "irrésistible ascension", ponctuée d’alliances, de compromis, mais aussi de ruptures avec les milieux d’affaires et les forces politiques, recoupe et éclaire à tout moment l’histoire de l’italie contemporaine.

Salvatore Lupo enseigne aux universités de Catane et de Naples. Il a publié de nombreux travaux sur l’histoire du Mezzogiorno contemporain, parmi lesquels Andreotti, la mafia, l’histoire de l’Italie (Donzelli, Rome, 1996).

Salvatore Lupo 1999 ISBN 2082118053

De la résistance au crime organisé

par Daniel Bermond, Lire, avril 1999

Le temps n’est pas encore venu de parler de la mafia au passé, mais les coups portés par les juges italiens et les témoignages des « repentis » sur le fonctionnement de Cosa Nostra, brisant la sacro-sainte omertà, ont depuis quelques années entamé son mystère. Résurgence d’un vieux féodalisme sous l’écorce un peu tendre d’un Etat en mal d’unité, la mafia sut prospérer à l’ombre d’un centralisme complaisant qui s’accommoda des particularismes siciliens. Affranchie des règles en vigueur sur le continent, elle s’inventa les siennes, qu’adoptèrent sur leurs terres Calabrais et Napolitains, tout aussi rétifs à la modernité que représentait le pouvoir de Rome et de l’Italie industrielle du Nord. L’histoire de la mafia est celle d’une résistance avant d’être celle d’une organisation souterraine empruntant aux lois du crime les instruments de sa puissance.

Aujourd’hui, le visage du mafieux ne présente plus les mêmes traits. On serait tenté d’y voir avec Salvatore Lupo les coutures que la chirurgie esthétique a laissées sur celui de Buscetta, lequel ne fut pas le premier à se mettre à table, mais ses dépositions permirent de comprendre le milieu et d’opérer de notables arrestations. La pieuvre ne s’en défend pas moins et sait toujours trouver au sommet de l’Etat des complicités qui la préservent d’une mort violente.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 474 / 602839

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Sociologiques  Suivre la vie du site Sciences humaines & sociales  Suivre la vie du site Anthropologie  Suivre la vie du site Italie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License