robin-woodard

Comme des tas de bouts de France !

Par Jean-Marc Tagliaferri
vendredi 24 octobre 2008

L’article "Le monde de la finance", par Nicolas Cori, journaliste à Libération recadre techniquement le problème des paradis fiscaux, mais il occulte finalement beaucoup de choses. La vertueuse indignation militante hexagonale à leur propos est assez comique quand on sait que pour le Luxembourg, avec moins de 400.000 habitants, fait travailler tous les jours 150.000 travailleurs frontaliers, Français, Allemands, Belges et Néerlandais. C’est proportionnellement pareil à Monaco où pour 30.000 résidents (dont seulement 5000 monégasques) 12.000 Italiens viennent travailler tous les jours

La France elle-même est truffée de paradis fiscaux INTERNES (sans même aller chercher Andorre et Monaco).

Dans l’ordre du plus grand laxisme :

a) Les 4 collectivités d’outre mer : Saint Barthélémy et Saint Martin (qui ont récemment acquis ce statut, avant elles étaient dépendantes de la Guadeloupe) , Mayotte (en voie de départementalisation) et Saint-Pierre et Miquelon (qui fut DOM quelques années avant de revenir à COM). Mais Mayotte est à peu près invivable désormais (densité >400 hab/km2, très peu de ressources, économie désorganisée) et le climat de St Pierre et Miquelon est très rude. En revanche les deux autres COM sont des paradis pour milliardaires qui n’acceptent les pauvres que comme larbins à leur service.

b) Les 3 Pays d’outre-mer : Nouvelle Calédonie et Polynésie auxquels on peut assimiler Wallis et Futuna très lié économiquement à la Nouvelle Calédonie (il y a autant de Wallisiens en NC que dans l’archipel) : magouille and co à tous les niveaux !

c) Les 4 départements d’outre mer : Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion qui ont des dispositifs de défiscalisation ouverts à tous les contribuables français qui jusqu’à ce jour permettaient de récupérer la totalité de l’impôt sur le revenu voire de l’impôt sur les sociétés installées localement pour constituer un patrimoine, ce qui mène à un gaspillage effroyable (les centaines de bateaux aux antilles, les camions avec bras de levage à la Réunion, partout un tas de logements spéculatifs ou d’hotals qui le deviennent au bout de quelques années, ne correspondant ni en surface ni en prix aux besoins très grands de logement des familles à faibles revenus).

d) Les Terres Australes et Antarctiques Françaises (c’est un statut bâtard car TOM sans population légale permanente !) qui servent de support à un deuxième registre naval (ouvert aux bateaux de commerce et aux yachts de plus de 24m plus intéressant que le principal.

Mais il y a aussi tous les minis paradis fiscaux que constituent les zones franches de tout poil qui sous prétexte de créer de l’emploi pour résoudre des problèmes urbains entraînent des délocalisations internes d’activité sans création nette le plus souvent, avec un coût fiscal et social important.

Bref avant d’aller hurler à ce qui se fait ouvertement ailleurs (on se demande bien de quoi le Luxembourg pourrait vivre en dehors de la finance sauf à se résigner à redevenir un pays pauvre ?) on ferait mieux de balayer en France devant notre porte, remplacer l’arme magique (au sens réel de "pensée magique qui résoud tout") de la défiscalisation, d’identifier les vrais problèmes et de leur apporter des vraies solutions durables ce qui inclut que l’Etat fasse son travail, dépense ce qu’il faut là où il faut et donc se donner les moyens, notamment par une fiscalité juste d’assumer ses missions.

JMT


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 184 / 605547

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Economiques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License