robin-woodard

Les mythologies post-industrielles : les américains ont vécu au-dessus de leurs moyens

Par Robert Reich
mercredi 15 octobre 2008 par anik

Qu’est ce qui a créé la débacle économique de 2008 ? En dehors de l’explosion de la bulle immobilière, de la malhonnêteté et l’immobilisme de Wall Street, et de l’échec massif de Washington à controller Wall Street, les américains moyens sont aussi montrés du doigts. Certains d’entre eux ont pris des crédits qu’ils ne pouvaient pas se permettre, bien sûr, mais nous entendons également une autre version plus basique qui dit quelque chose du genre : pendant trop longtemps, les américains ont vécu au-dessus de leur moyens. Nous sommes allés trop loin dans l’endettement. Et maintenant nous payons invévitablement le prix fort.

L’argument de "vivre au-dessus de nos moyens", avec ses suggestions à moitié voilées de mollesse morale, est techniquement correct. Depuis ces 15 dernières années, les dettes des ménages ont atteind des niveaux exceptionnels, et les familles moyennes américaines ont pris plus de crédits qu’elles ne pouvaient gérer sans prendre de risques. C’est devenu clair comme du cristal quand la bulle immobilière a explosé, que les prix des maisons ont chuté, supprimant les emprunts immobiliers simples basés sur des capitaux propres et les prêts relais.

Mais cette histoire ne tient pas compte d’un élément important. Depuis les années 2000 ; les revenus des familles moyennes ont chutées, ajustées pour l’inflation. Une des raisons principale qui fait que les familles ont pris encore plus de dettes, c’est qu’elles l’ont fait pour maintenir leur niveau de vie et faire face à la baisse des revenus réels

Ce n’est pas comme si l’américain moyen soudainement se serait transformé en un fêtard dépensier - achetant des yachts et des voitures haut de gamme et faisant des croisières couteuses. Non, la famille moyenne a seulement essayé de continuer à vivre comme avant. Mais avec les revenus qui chutaient, et les coûts des charges incontournables comme le pétrole, le chauffage, la nourriture, l’assurance santé, et même les frais scolaires qui ont tous grimpé en flèche, la seule façon de continuer à vivre comme avant était d’emprunter toujours plus. Vous pouvez concevoir cela comme un échec moral, mais je pense qu’il est plus juste de le voir comme une lutte sans fin pour rester en surface et garder la tête hors de l’eau alors que le bateau coule.

L’argument de "vivre au-dessus de nos moyens" suggère que la réponse à long terme serait que les familles américaines deviennent plus responsables et ne dépensent pas plus que ce qu’elles gagnent. Et bien, c’est peut être nécessaire, mais c’est loin d’être suffisant.

La véritable réponse pour le long terme c’est de restaurer les revenus des classes moyennes afin que les familles n’aient plus à s’endetter pour maintenir ce qui était le standard du niveau de vie des classes moyennes. Et cela exige, entre autres, une assurance santé abordable, des crédits d’impôts pour les frais scolaires, de bonnes écoles, et une politique énergétique moins dépendante du pétrole, le prix duquel ne va pas cesser d’augmenter vu la croissance de la demande en Chine, en Inde et dans d’autres parties du monde.

En d’autres termes, la façon de s’assurer que les américains ne vivent pas au-dessus de leur moyens est de leur en redonner les moyens.

Robert Reich

Traduit par anik le 15 octobre 2008.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 471 / 615070

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Amériques  Suivre la vie du site Amérique du Nord  Suivre la vie du site U.S.A.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License