robin-woodard

Le Souci des plaisirs Construction d’une érotique solaire

De Michel Onfray
samedi 11 octobre 2008 par marius

L’industrie du porno se nourrit du corps chrétien, du nihilisme de la chair qu’il apprête selon les recettes du consumérisme libéral

Résumé

Vingt siècles de christianisme ont fabriqué un corps déplorable et une sexualité catastrophique. L’antidote à ce nihilisme de la chair se trouve dans le Kâma-Sûtra, une antithèse violente à ’La Cité de Dieu’ d’Augustin. Sous le soleil de l’Inde, l’érotisme solaire suppose une spiritualité amoureuse de la vie, l’égalité entre les hommes et les femmes, les techniques du corps amoureux, la construction d’un corps complice avec la nature, la promotion de belles individualités, masculines et féminines, afin de construire un corps radieux pour une existence jubilatoire.

Critique

Dans la construction affirmative d’un hédonisme libertaire, la sexualité a une fonction primordiale. Afin de parvenir à ce que Michel Onfray appelle une "érotique solaire", il s’agit avant tout de réhabiliter le corps et la légitimité des sens. Ainsi, comme tout livre du fondateur des universités populaires, ’Le Souci des plaisirs’ se concentre initialement sur une déconstruction méthodique de l’idéologie dominante : philosopher à coups de marteau dans le sillage de Nietzsche et diagnostiquer par généalogie les symptômes d’un déclin occidental (la maltraitance du corps et la négation de l’érotisme). Mépris de la chair et des désirs, misogynie et impuissance paulienne, castration, rejet des pulsions et des inclinations, telles sont les manifestations d’une mise à mal organisée du naturel sexué. De Jésus à saint Augustin en passant par Sade et Bataille où cette haine de la caresse et de l’orgasme apparaît dans la multitude de ses représentations, rien ne semble échapper aux lames aiguisées de la critique radicale mais très rapidement affirmative de l’écrivain. Car, à l’opposé de son acrimonieux et réactif ’Traité d’athéologie’, cet essai guerrier, alternant textes et images (tableaux, dessins, photos...), ressemble à l’énonciation d’une alternative. Consacrer "l’éros solaire indien" puis une "pornographie philosophique" afin de substituer à la consommation aveugle de l’autre un érotisme précepteur. Et, surprise, chantre de l’immanence, paradoxalement, Onfray prononce des mots aux connotations lévinassiennes : à la chemise déchirée et délaissée sur le sol d’une chambre nauséeuse, abandonnant le corps à la nudité obscène du film pornographique, le philosophe préférera le sein caché par un vêtement subtilement déboutonné. Clairement, l’équivoque contre l’explicite ; la forme sociale contre la brutalité ontologique. Une bonne surprise avec, en prime, un livre passionnant à l’écriture douée, exaltée et toujours controversée.

de Michel Onfray

Editeur : Flammarion

Publication : 17/9/2008

Nombre de pages : 192 pages ISBN : 9782081216327


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1053 / 612180

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Sociologiques  Suivre la vie du site Féminisme, genre, sexualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License