robin-woodard

Le Docteur André Gernez

mardi 2 septembre 2008 par Pierre

Né en 1923, André Gernez entre en rhétorique en 1937. Plus jeune bachelier de France, il lui faut demander une dispense spéciale d’âge au ministère. Ce qu’il obtient ... pour devenir docteur en médecine en 1944 à l’âge de 21 ans !

Son travail sur la prévention du cancer est exceptionnel, reconu par de nombreuses personnes, et sources... de nombreux ennuis. Négoce oblige.

Parcours du Docteur André Gernez

Engagé en octobre 44 comme sous lieutenant il est envoyé dans un camps de concentration anglais (eh oui) où il traite des soldats allemands ainsi que des soldats Russes de l’armée Vlasov.

Démobilisé en 45, il est envoyé l’année suivante en Suède, au karlinska keshets, c’est-à-dire l’institut Karola, à Stockholm, où il tombe sur une maladie tout à fait particulière qui s’appelait le Plearn Robinson, pathologie spécifique des femmes suédoises et qui a la particularité d’être une maladie bénigne qui dégénère en cancer. Cependant, dans sa phase initiale, cette maladie est guérie par des médications tout à fait banales : pour André Gernez, c’est le déclic qui l’amènera à énoncer le double cycle cellulaire, théorie qui deviendra l’un des fondements de la biologie cellulaire ...

Le double cycle cellulaire

Après la naissance, dans les lignées cellulaires normales, une cellule génératrice donne naissance à deux cellules filles, dont une seule prend la place de la mère, tandis que l’autre devient fonctionnelle mais est stérile, de sorte que, la masse des viscères des parenchymes, se maintient normale, ne progresse plus et que les cellules qui sont altérées par l’usage, disparaissent, meurent, sont remplacées. Autrement dit, il y en a une qui maintient la filiation qui est toujours la même, donc stabilité des populations cellulaires, donc votre foie ne grossit pas jusqu’à trois tonnes, vous n’arrivez pas à une taille comme la tour Eiffel, c’est stabilisé à l’inverse de la cellule cancéreuse qui, elle, évolue suivant ce que l’on appelle la courbe de Collins, c’est-à-dire une exponentielle : c’est 1-2-4-8-16-32-64-128 et ainsi de suite.

Cette figuration est ce qu’on appelle une courbe exponentielle, c’est-à-dire que pendant très longtemps vous restez sur l’abscisse, ça ne progresse pas beaucoup et puis d’un seul coup, ça évolue vers la verticale.

Comment remettre en cause le dogme de Bichat ?

En 1963, André Gernez créé son groupe de biologie présidé par le professeur Bessis qui proposera quelques années plus tard cette théorie aux institutions officielles dans un mémoire intitulé Néo-postulat-biologique et pathogénique.

Ç’est la surprise et la stupéfaction. Le 31 décembre 1968, Gernez reçoit une lettre du professeur Turpin, cytologiste mondialement connu, disant qu’il était d’accord et, entre autre "Nous aurions pu éviter de passer à côté d’une très grande découverte, technique en main, par méconnaissance de la pathologie humaine". C’est donc la révélation. André gernez est convoqué et averti officiellement que toutes les institutions sont d’accord : académie de médecine, section biologique de l’académie des sciences, institut de pathologie cellulaire, académie nationale vétérinaire. Tout va bien.

Les ennuis vont commencer avec la question : sur quoi on abouti ? Car on aboutit à rien de moins que la solution aux expressions de pathologies dégénératives : cancer, schizophrénie, sclérose en plaque, elsheimer, parkinson ... toutes maladies qui n’ont trouvé à l’époque comme aujourd’hui, aucune solution, ni pathogénique (c’est-à-dire pas de déterminisme bien défini) et encore moins thérapeutique. Ces maladies étaient incurables en raison d’une erreur de dogme, elle vont le rester du fait d’une volonté politique.

Principe scientifique d’une prévention active à portée intellectuelle d’un enfant de 5 ans :

  1. le cancer commence par une cellule,
  2. progression mitotique exponentielle (courbe de Collins) + 4 mitoses/an par cellule = 16 cellules cancéreuses au bout d’un an,
  3. en 10 jours, ces 16 cellules sont détruites d’une "pichenette" thérapeutique (hydrate de chloral et colchicine à très faibles doses),
  4. plus de cancer ...

Un test est lancé par l’INSERM qui durera jusqu’en 1969 dans le service du professeur Truot. Résultat : le déclenchement de cancers est diminué de ... 94%.

Le 13 décembre 1974, lors d’une réunion qui a lieu chez Madame le Professeur Ripoche au 46 rue de Spontini entre Monsieur Charbonnot, Directeur Général de la Santé, le professeur Lechat qui était chargé de la pharmacovigilance au Ministère de la Santé et M. Poniatowski, Ministre de la Santé, il est décidé de ne pas rendre publiques les travaux de M. Gernez, ceci contre l’avis du ministre ... ensuite, chantage pour que le Dr Gernez cesse ses travaux, 3800 médecins prêts à mettre le protocole de prévention en pratique reçoivent une lettre émanant d’un dénommé Moulin qui était à l’époque secrétaire, ou sous-secrétaire de l’ordre des médecins ...

Bref, le schéma habituel lorsqu’une pompe à fric se sent menacée.

L’éradication possible du cancer et autres maladies dégénératives est encore aujourd’hui un quasi secret d’état. Même Nixon a du baisser les bras après l’avoir annoncée le 23 décembre 1971 dans un discours télévisé. Depuis 30 ans, c’est donc au bas mot 2 millions de morts par cancer qui auraient pu être évités ... en France. Au niveau mondial, le calcul renvoit Hitler au jardin d’enfants.

Et pourtant ... le 17 Juin 1979 à Salzburg, les découvertes d’André Gernez sont consacrées par le milieu scientifique officiel. Il reçoit, à l’unanimité d’un jury composé de 40 prix Nobel, le prix Hans Adalbert Schweigart de la protection de la vie pour la découverte du double cycle cellulaire qui permet la prévention du cancer et sa guérison par la méthode dite "systématique post-opératoire synchronisée". Il reçoit son prix des mains du double prix Nobel Linus Pauling ... étonnant, non ?

Source


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1274 / 602976

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Santé   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License