robin-woodard

Slovénie : austérité maximum pour réduire les déficits publics

Par Tina Kristan & Miha Jenko
jeudi 5 avril 2012 par Pierre

Le gouvernement slovène a dévoilé fin mars un drastique plan d’austérité : salaires des fonctionnaires réduits de 15%, remise en cause du congé maternité et de la prime à la naissance, réduction des allocations chômage et des bourses d’études, etc... Objectif : réduire le déficit public pour satisfaire les règles de l’Union européenne. C’est le premier grand test pour le gouvernement conservateur de Janez Janša.

Delo, le 24 mars 2012

Ce plan d’austérité doit permettre à l’Etat de réaliser des économies à hauteur de 800 millions d’euros en 2012 et de 950 millions en 2013. L’objectif de ces mesures est de ramener le déficit public de 6% du PIB en 2011 à 3% en 2013, conformément aux limites imposées par l’Union européenne.

Le Premier ministre Janez Janša a déclaré qu’il s’agissait du premier grand test pour son gouvernement. Selon l’économiste Mojmir Mrak, les coupes budgétaires annoncées étaient indispensables ; la question est de savoir si toutes les mesures sont vraiment nécessaires. Les mesures phares se rapportent ainsi à la fois au fonctionnement des structures gouvernementales, au service public en général et à certains transferts sociaux garantis par l’Etat.

Les salaires des fonctionnaires seront diminués

Dans la catégorie des transferts sociaux précisément, le gouvernement prévoit de ne plus garantir l’intégralité du salaire pendant les douze mois du congé maternité mais, d’instaurer un système dégressif. Quant à la prime à la naissance, elle ne sera renversée qu’aux familles les moins aisées. De même, les restaurants universitaires ne seront plus subventionnés pendant les vacances scolaires et les allocations rentrées seraient pour leur part supprimées à partir de la troisième. Les allocations chômage seront également réduites et ne pourront plus être perçues au-delà d’une période de 18 mois.

Les principales coupes budgétaires se rapportant au service public concernent les salaires des fonctionnaires qui seront diminués en moyenne de 15%. Les soins et prestations pris en charge par la Sécurité sociale seront également réajustés et plusieurs programmes nationaux de subvention ne seront pas reconduits.

Vers un conflit social ?

Le gouvernement prévoit également de fusionner les services de certaines agences publiques afin de diminuer les frais de fonctionnement ainsi que de réduire les per diem et le remboursement des frais kilométriques des agents publics.

Les syndicats se sont montrés très critiques face aux mesures annoncées ; selon le président de la confédération des syndicats du secteur public, Branimir Štrukelj, l’opposition rencontrée au sein de l’opinion publique pourrait même dégénérer en conflit ouvert avec le pouvoir politique. Dušan Semolič, président des syndicats indépendants slovènes, a quant à lui dénoncé l’absence de mesures à l’encontre des acteurs privés et, le laxisme envers le secteur financier, notamment les banques.

Le gouvernement et les partenaires sociaux ont maintenant jusqu’au 12 avril pour trouver un accord final sur les mesures proposées.

Source : Le Courrier des Balkans


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 139 / 608347

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Europe  Suivre la vie du site Balkans  Suivre la vie du site Slovénie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License