robin-woodard

Après l’Espagne, la Grèce : le mouvement des « Indignés » s’étend

par Lia Nesfygé
lundi 30 mai 2011 par Pierre

Alors que le Premier ministre peine à obtenir un consensus politique sur la gestion de la crise, la Grèce connaît depuis mercredi un mouvement de protestation des citoyens, directement inspiré du phénomène espagnol des « indignés ». Des milliers de personnes dénoncent la politique d’austérité, place Syntagma d’Athènes, mais aussi à Thessalonique, à Patras, en Crète ou dans des petites villes du Péloponnèse. Les mouvements de Grèce et d’Espagne appellent à des manifestations « dans toute l’Europe » dimanche.

Ta Nea On line, le 28 mai 2011

Bravant la forte pluie qui s’est abattue sur Athènes ces derniers jours, les « citoyens indignés » ont répondu massivement présent jeudi, pour le deuxième jour consécutif de manifestation, place de la Constitution, où ils se sont rassemblés à partir de 18h pour protester de façon pacifique contre les mesures d’austérité. La veille, ils avaient 20.000 à manifester jusqu’aux premières heures du matin pour exprimer leur révolte face à la crise et à sa gestion par le gouvernement.

Jeudi, on estime que 12.000 citoyens ont participé, malgré la pluie, au rassemblement. Rendez-vous était donné pour vendredi, 18 heures. Toutes les générations se retrouvent dans ces rassemblements, on voit même des familles, avec enfants et poussettes. Des rassemblements similaires se mettaient en place jeudi à Thessalonique, au pied de la Tour blanche, et dans d’autres villes de Grèce. Ces mouvements sont organisés via Facebook, Twitter et d’autres réseaux sociaux sur Internet.

Devant le monument au soldat inconnu, un panneau portait l’inscription, en grec et en espagnol : « Nous sommes debout. Quelle heure est-il ? L’heure pour eux de partir ». Quelques individus, arrivés en brandissant un drapeau du parti communiste, ont été assez mal reçus.

Le mouvement s’étend en province

À Patras, à cause de la pluie, le rassemblement a été moins dense. La plupart des manifestants ont commencé de se rassembler vers 20 heures, équipés de parapluies et d’imperméables, tandis que d’autres se tenaient sous la galerie de la place principale. Mais il faut noter que des gens sont restés jusque tard dans la soirée sur la place Yorgiou.

A Tripoli, dans le centre du Péloponnèse, 1.500 personnes se sont rassemblées pour participer à la manifestation des « citoyens indignés ». C’est l’un des plus gros rassemblements jamais observés dans la capitale de l’Arcadie ces dernières années.

Deuxième jour de mouvement aussi à Chania, en Crète, où les manifestants se sont rassemblés dans le calme, ont allumé des bougies et organisé des sittings.

Via Facebook, vers un mouvement européen

Sur Facebook, le flux de publications est incessant sur la page « Les indignés de la place Syntagma ». Ce sont les jeunes présents à ces mobilisations qui l’alimentent. « A ce soir là-bas ! J’apporterai des casseroles et un sifflet... pour me faire entendre plus fort encore qu’hier... et demain encore plus fort... Maintenant je ne suis plus toute seule à crier depuis mon canapé... maintenant nous sommes des milliers... cela fait beaucoup de décibels... Celui que ça dérange, il n’a qu’à se boucher ses oreilles... Moi, je serai là.. Je serai là... », écrit Ch.A.

« Hier, j’ai perdu mon travail, pour la deuxième fois en un an et demi. Désespoir et déception... c’est mon quotidien. Mais moi, je suis tous les jours là-bas, messieurs les voleurs !!! Jusqu’à ce que vous commenciez à transpirer de peur !!! Je n’ai rien, je ne crains rien, je suis libre », écrit A.T., en faisant référence à une phrase célèbre de l’écrivain crétois Nikos Kazantzakis

Des messages de ce genre, il y en a aussi sur une page créée par « Révolution européenne », où des jeunes expriment leur angoisse et leur demande d’un avenir meilleur. Les créateurs de cette page, Grecs et Espagnols, appellent tous les Européens à des rassemblements de masse dimanche 29 mai, sur les places des centres-ville.

« Nous voulons une véritable démocratie pour tout de suite. Nous ne sommes pas de la marchandise aux mains des politiques et des banquiers. Nous tenons les forces économiques et politiques pour responsables de la situation désastreuse de notre pays, et nous exigeons un changement radical de direction ». « Peuples d’Europe, réveillez-vous. Construisons une vie meilleure, discutons, rencontrons-nous, changeons tout » : tel est le communiqué qu’on peut lire sur cette page.

Source : Le Courrier des Balkans


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 190 / 602839

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Europe  Suivre la vie du site Balkans  Suivre la vie du site Grèce   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License