robin-woodard

Roumanie : Le gouvernement s’apprête à donner son feu vert à l’exploitation de la mine d’or de Rosia Montana

dimanche 18 avril 2010 par Pierre

Avant même d’être entré en fonction, le gouvernement d’Emil Boc a déclaré par la voix du ministre de l’Economie Adrian Videanu que le projet d’exploitation de la mine d’or de Rosia Montana allait être relancé le plus rapidement possible, étant inclus dans son programme, et continuerait d’être confié à la compagnie canadienne Gabriel Resources.

Les Nouvelles de Roumanie, édition du 1er janvier 2010.

Le ministre a justifié cette décision par les cours du prix de l’or, actuellement en forte hausse, et le besoin de ressources financières de l’Etat en cette période de crise. Au cours du débat opposant les deux candidats à la veille du second tour des Présidentielles, Traian Basescu s’était aussi montré favorable à ce projet.
Gabriel Resources envisage de détruire toute une vallée ainsi qu’un site archéologique romain, déplaçant sa population, la rendant impropre à la vie pour des décennies, en utilisant une technique au cyanure, qui a causé de nombreux dégâts dans les endroits où elle a été utilisée auparavant. L’exploitation est prévue pour une quinzaine d’années et concernerait 300 tonnes d’or ainsi que 1400 tonnes d’argent, ce qui, estimé au cours actuel, représente 10 milliards d’euros. Elle rapporterait énormément à ses actionnaires, environ 6 milliards d’euros après déduction des frais d’exploitation (2 milliards d’euros) et très peu à l’Etat roumain, un peu moins de 2 milliards d’euros, soit 19,31 % de la manne, ce qui représente 161 M€ par an. Mais, au fil des ans, par ses généreux bakchichs, la compagnie canadienne a su gagner à sa cause nombre de décideurs, à Bucarest tout autant qu’au plan local, maire, conseillers de judets.
Les Canadiens qui essaient depuis une décennie d’obtenir le feu vert des autorités était représentés au départ par un de leurs compatriotes d’origine roumaine, Frank Timis, condamné à de la prison en Australie pour malversation.
Gabriel Resources s’est cependant heurtée à une vive résistance sur place du tiers des habitants, l’autre partie acceptant des dédommagements pour déménager et s’installer dans de nouvelles maisons. Le projet a été bloqué jusqu’ici par la justice. Il a provoqué une levée de boucliers dans la société civile roumaine - encore naissante -, l’opposition du Patriarche de l’Eglise orthodoxe et a soulevé de vives inquiétudes au niveau européen et hongrois. La Hongrie entend défendre les intérêts de ses nationaux dans la région mais redoute aussi une pollution des rivières se jetant dans le Danube qui traverse son territoire.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 302 / 608475

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Europe  Suivre la vie du site Balkans  Suivre la vie du site Roumanie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License